Share on FacebookTweet about this on TwitterPrint this page
  • Actualités de Base Camp Trek
  • Actualités de Base Camp Trek
  • Actualités de Base Camp Trek

Actualités de Base Camp Trek

Voyages programmés et
dates confirmées
Trekkings ou voyages découvertes, trouvez votre groupe et inscrivez-vous !
 

LES ACTUALITÉS DE BASE CAMP TREK

The Great Himal Race

ETRE BIEN ACCOMPAGNE – 13 DECEMBRE 2016

Les guides free-lance c’est comme une boite de chocolat on ne sait jamais sur quoi on va tomber

- adaptation du bon sens de Forest Gump -

Alors avez-vous envie de remettre le succès de votre séjour en Himalaya sur un coup de chance ?

* Pourquoi partir accompagné plutôt que seul ?

- Tous les népalais/tibétains/bhoutanais ne parlent pas anglais et exceptionnellement français. Un guide francophone ou anglophone (selon votre niveau de langage)  est une interface et une garantie pour pouvoir communiquer et se faire comprendre.

- Une assistance : Un professionnel qui connait les règles de sécurité, la météo, les sentiers et leurs dangers, et le mal aigu des montagnes. En cas de forces majeurs, ils sont une sécurité vitale et d’une grande aide (ex : avalanche, tremblement de terre, blizzard par exemple qui a décimé une centaine de trekkeurs en solitaire au col du Thorong La en octobre 2015)

- Contribuer à l’économie locale et au développement du pays en fournissant du travail. Cela permet de lutter contre l’exode vers les grandes villes Katmandou, Thimphou,… ou à l’étranger.

- Partage et rencontres avec les populations locales et leurs familles. Anecdote, culture et civilisation, c’est le moyen d’en apprendre plus sur le pays qu’on visite de découvrir une autre facette du pays moins touristique et ne pas passer à côté de lieu ou activité insolite.

* Pourquoi passer par une agence et non un guide freelance au rabais ?

- REACTIVITE ET SECURITE : Le guide ne peut pas être au champ et à la ville. Une agence possède des spécialistes pour chaque domaine : assurance, aérien, réservation d’hôtels,… Chaque poste est un vrai métier ! En cas de force majeure (politique, aérien, santé,…), ils sont la clé d’une bonne prise en charge. Lorsque le guide est sur le terrain il peut s’adapter et faire face aux  changements et impondérables.

- LEGALITE : Seule une agence agréée est habilitée à faire les permis de trek. Elle est également incontournable pour les régions à accès restreint et les expéditions, qui nécessitent des permis spéciaux. Le guide freelance n’est pas un statut reconnu. La délivrance de permis engage la responsabilité de l’agence émettrice.Le passage par une agence est une règle absolue pour certaines activités ou certaines régions : Tibet, Mustang, Bhoutan, expéditions…

- RESPONSABILITE ET FIABILITE : L’agence reste l’interlocuteur avant, pendant et après le voyage lors de la préparation, du suivi, des retours et contrôle qualité,elle peut intervenir pour recadrer les prestations et ses intervenants tel guides et chauffeurs.  Elle peut être amenée à jouer le rôle d’arbitre et prendre ses responsabilités pour satisfaire au mieux son client, maintenir ou améliorer son image de marque. Passer par une agence reconnue est une garantie de qualité de prestation. Un guide freelance n’a de compte à rendre à personne, on peut tomber sur le meilleur comme le pire…

- RESEAU : Une agence, du fait de son volume de réservation et de sonancienneté  tisse un vaste réseau de prestataires et obtient des bons plans, des prix réduitset des priorités notamment au niveau hôtelier et transport, guides spécialisés, dispose de matériel, véhicule, soutien  logistique pour organiser des activités plus complexes

* Pourquoi choisir Base Camp Trek ?

- Un accompagnement complet et francophone dans toutes les étapes de la création de votre voyage avec des conseils personnalisés

- Une réactivité sous 48h et en cas d’urgence une disponibilité des interlocuteurs 24h/24

- Des voyages à la carte sur mesure totalement flexible ou bien des regroupement de voyageurs solo en petits groupes francophones

- Des itinéraires originaux ou inédits sans cesse renouvelés et mis à jour grâce à notre réseau de contact de guides et les reco de nos équipes toujours sur le terrain

- Des spécialistes pour des circuits à thème axés, entre autres sur le bouddhisme, le Taïchi, le Yoga, l’initiation à la méditation, le VTT…

Retour d’expérience – 3 novembre 2016

Me voici revenu à Katmandou en avance !

J’étais parti pour faire une reconnaissance du Tilman Pass en me basant sur des temps de coureurs mais en autonomie avec un sac de 20 kg, des conditions exceptionnelles (géographiques difficiles, pas une personne qui parle anglais, une région très touchée par le séisme qui vit dans une précarité installée maintenant) au total, avec Furba nous avons pris du retard et je n’aurais pu faire cette boucle dans les temps.

En échange, vie en harmonie avec les locaux, riz à tous les repas, sangsues, pas de toilette et grande leçon d’avoir vécu à la népalaise, pas le choix, a fait de moi la puce qui fait le même voyage que le chien sur lequel il est...

Comme le dit sylvain TESSON,   En voyage, on se frotte l’âme et le corps. Partir décape. On usera du monde, de son étrangeté, de ses beautés comme du papier de verre. Le mouvement métamorphose les âmes vagabondes. En route, c’est la mue. Si l’on voyage pour vérifier que le monde ressemble à ce que l’on imaginait et si l’on revient semblable à celui que l’on etait, pourquoi faire sa valise ? Mieux vaut s’y jeter.

Voyager inspire. On se met en route : les tourments s évaporent et les pensées affluent. Quand on cherche une idée, ne se lève t on pas pour faire les cent pas ?

En chemin, on découvre que la liberté ne revient pas à agir à sa guise ou à triompher des distances mais à disposer de son temps. Vous voilà libre comme l’air, libre comme l’heure. Le temps se dilate, au retour du voyage, il vous semble avoir vécu une existence entière.

En voyage, on accueille le silence. Soudain, l’âme vous monte à la peau, puis elle s’échappe par la fenêtre d’un train, le hublot d’un avion, le carreau de la voiture. On regarde le ciel, la lisière du bois, on ne pense plus à rien : on a fait taire en soi le brouhaha intérieur. On est devenu ce que l’on contemple. On est mûr pour cette sensation océanique d’appartenir au monde.

Les alchimistes médiévaux parlaient d’essencifier un matériau pour en tirer la substantifique moelle et le principe vital. Le voyage est un agent qui nous essencifie. Qui a dit, partir c est mourir un peu ? Partir c est vivre beaucoup.

Mon dieu, donne moi la force de changer ce qui peut être changé, le courage d’accepter ce qui ne peut l’être, et la sagesse pour distinguer l’un de l’autre.

Marc AURELE

Bon j arrête, vous allez croire que j ai fumé la moquette mais personne ne parlait anglais et Furba parle anglais comme moi népalais, alors...

Jean-Marc Wojcik

Interdire l’usage du plastique dans l’Himalaya népalais – 20 octobre 2016

Si le Ladakh, le Bhoutan et le Bengladesh ont interdit avec succès l’usage des sacs (et des bouteilles d’eau) en plastique, il est temps que cette interdiction soit étendue à tout l’Himalaya népalais.

 Certaines régions de trek comme le Sanctuaire de l’Annapurna ont déjà interdit la vente de bouteilles d’eau minérale, belles initiatives communautaires qu’il faut encourager, soutenir et étendre à tous les Parcs nationaux du Népal, en collaboration avec les communautés locales, la direction des Parcs, les agences de trek et d’expédition népalaises, et les organisations non gouvernementales.

 Mais cette campagne a besoin du soutien des agences d’aventure francophones – les certifiées ATR et les autres - et de leurs voyageurs. Ce peut être un label dans une fiche technique, ce peut être un encart insistant pour qu’ils emportent des pastilles de purification de l’eau et un sac en coton pour leurs achats, ce peut être une gourde offerte pour leur prochain trek au Népal, etc.  Mais quoique ce soit, cela passe par une communication avec les voyageurs et les agences réceptives locales sur les quelques gestes faciles qui peuvent changer les mentalités et les comportements. Il faut d’ailleurs savoir que plus de la moitié des eaux minérales vendues au Népal ne sont que des eaux purifiées, et que la plupart ne remplissent pas les critères sanitaires minimum de l’OMS…

Vous pouvez nous retrouver sur www.freemalaya.org ou nous laisser un message sur facebook : bag freemalaya, pour que les enfants népalais (et les nôtres ?) ne grandissent pas en pensant que les sacs en plastique poussent sur les arbres...

Jérome Edou & Adhish Gurung

Route Lhassa – Katmandou

Suite au tremblement de terre, la route reliant le Tibet et le Népal qui traverse le massif himalayen a été complètement détruite et ne sera pas ré-ouverte. Chinois et Népalais sont en train de négocier un poste frontière entre Kyrong au Tibet et Shabru Besi au Népal, mais aucune date n’a été avancée à ce jour.

Népal : réouverture des frontières avec l’Inde

Après plusieurs mois de fermeture, les frontières entre l’Inde et Népal sont officiellement ré-ouvertes avec la levée des barrages que les habitants du sud Népal avaient établit pour demander plus d’autonomie. Cette fermeture a paralysé l’économie et la vie quotidienne des Népalais et fait flamber les prix de l’essence et du gaz.
Cette nouvelle a été accueillit avec soulagement par la population déjà fortement affectée par le séisme d’Avril 2015.

Lire les articles concernant les actions BaseCamp Trek et l'association Garuda Népal.
Pour en savoir plus sur l'association Garuda en France et au Népal, Garuda Népal, le blog !

NOUVEAU : Trek en pays chamane

      Base Camp Trek lance un trek d’exploration inédit sur les sentiers secrets du Dhaulagiri et de la région du Rukum-Rolpa. Un itinéraire hors des sentiers battus qui fera rêver plus d’un amoureux du Népal ! Cette traversée de 14 jours allie rencontre avec les chamanes des villages de Rukum et les paysages extraordinaires du massif du Dhaulagiri, avec les tentes, cuisine et portage d’un “trek à l’ancienne”.

Plus d’information ici.

GARUDA NEPAL : Reconstruction d’écoles et de dispensaires

Katmandou ce 6 Janvier :

      En vous présentant nos meilleurs vœux pour 2016, nous souhaitons que cette année soit plus positive que la précédente pour le Népal. En plus du séisme d’Avril dernier et des aides financières à la reconstruction qui ne sont toujours distribuées, il n’y a toujours ni eau, ni électricité (90 h de coupures par semaine), ni gaz, ni essence suite au blocage de la frontière indienne… Donc 2016 ne peut qu’être meilleure !

      Mais cette situation ralentie considérablement la reconstruction bien sûr car les prix flambent : ciment, fer à béton, transport, etc.

     En plus d’aides ponctuelles de moindre envergure – formations de spécialistes en Gestion de Crise, reconstruction de chemins d’accès pour des villages du Manaslu, etc., nous avançons sur notre projet principal de reconstruction de 4 écoles et d’un dispensaire dans la région de Kavré : le rapport pour le gouvernement est prêt, les plans des écoles aussi – nous avons dû faire quelques concessions car ce sont des édifices publiques – mais tous nos bâtiments seront antisismiques, confortables et lumineux, avec récupération d’eau de pluie, panneaux solaires et photovoltaïques.

 

     Notre équipe locale est en place : un coordinateur général, un ingénieur civil, une secrétaire de Garuda Népal et une comptable. Nous attaquons donc les travaux de soubassements, fondations, démantèlement des anciennes structures en ce mois de Janvier.

     Pour le projet de reconstruction, Garuda Népal collabore avec d’autres ONG, notamment Ecoliers du NépalBelgique qui prend en charge l’école de Majhi Gaon. Nous n’entreprendrons la reconstruction de la quatrième école et du dispensaire que lorsque les 3 autres projets seront sur des rails.

      En vous remerciant une fois encore de votre aide, sachez que chaque euro est investit dans nos projets. Pour toute demande de reçus fiscaux comme pour toute autre information, vous pouvez vous adresser à la Présidente de Garuda France, Catherine Leprince et son équipe de volontaires qui gèrent l’association au plus près.
Vous pouvez aussi me contacter directement sur le blog ou sur le site et la page facebook de BaseCampTrek

Bien amicalement à tous et à toutes
Jérome Edou

Katmandou, ce 21 Novembre 2015

Namasté.

     Au Népal comme ailleurs…, la vie doit continuer. Comme la vie, notre activité ici est un mélange de grands projets et de petites actions ponctuelles et nous restons ouverts aux demandes collectives d’aide.

I – Actions ponctuelles :

       En trek, au fin fond d’une hutte de fortune post-séisme, Françoise (ma compagne infirmière) a secouru un tout jeune enfant très grand brulé. Nous l’avons transporté immédiatement à Katmandou avec sa famille où il a été hospitalisé et soigné. Il a magnifiquement réagit au traitement et il a pu regagner son village.
Françoise suit toujours une fillette de 5 ans qui doit être opéré du cœur. Les médecins veulent attendre une année pour raison de croissance et nous subvenons à ses besoins de nourriture. Elle est au village avec sa famille.
Nous avons subventionné la construction d’un chemin et d’un pont pour un village de la région du Manaslu totalement isolé du monde – pas d’école, pas de marchandises, pas de touristes, etc. – après le séisme. Les 40 ouvriers du village qui travaillent sur le chantier sont bénévoles mais nous leur assurons une allocation journalière pour la nourriture. Ce chantier va durer 2 mois.
Seema Thapa Magar va commencer ses cours de Master à l’Institut for Crisis Management. L’institut lui a offert la moitié des frais de scolarité, Garuda la soutien pour l’autre moitié. Elle va gérer la comptabilité de l’association ici. Nous comptons aider un ou deux autres étudiants supplémentaires venant de castes défavorisés.


II – Grands projets:

         En collaboration avec Ecoliers du Népal, une ONG belge gérée ici par Nicole Decourrière, nous avons lancé notre grand projet pour la reconstruction de

3 écoles primaires et une maternité de campagne dans la région de Kavré,
1 école et un dispensaire dans la région de Jiri.
          D’autre ONG veulent s’associer au projet donc le financement ne devrait pas poser de problèmes.
2 jeunes architectes français vont faires les plans et travaillent avec un ingénieur népalais originaire d’un des villages. Ils suivront à tour de rôle les travaux sur place qui devraient s’étaler de Février à Juin prochain.

       Nous sommes en train de faire un rapport de faisabilité intégrant ces 2 régions pour ne pas devoir recommencer les démarches. Il doit être présenté aux ministères de l’Education et de la Santé car ce sont des bâtiments publics, il faut donc obtenir les autorisations du gouvernement.
Nous allons bien sûr reconstruire des structures antisismiques et ajouter du solaire et photovoltaïque, la récupération /filtrage des eaux de pluie, et aménager des toilettes douches, etc. pour l’ensemble des villageois.
Ces projets seront bien sûr accompagnés /suivi par de la formation scolaire et médicale.

       Tout ça prend beaucoup de temps et d’énergie mais nous avons, grâce à nos connections ici des facilités pour mener à bien ces différents projets. C’est l’engagement de Garuda Népal et d’Ecoliers du Népal vis à vis de vous tous qui soutenez notre action. Tous ces projets ne sont possibles que grâce à la générosité de tous et de chacun.

Merci encore pour votre soutien et votre confiance.

Jérome
21 Novembre 2015

Vous pouvez nous suivre sur le site et le facebook de Base Camp Trek /séisme
ou sur le blog 
Pour toute information concernant Garuda vous pouvez contacter la présidente Catherine Leprince: 9, rue Alfred Sisley – 95580 Margency
 - Fixe :01 39 59 90 44 - Portable : 06 89 21 80 77.